Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Singes Volants

Gravity

6 Mars 2014 , Rédigé par Erik Publié dans #Films

Il faut aller voir Gravity au cinéma. Tout simplement parce que le film est inregardable ailleurs. Parce qu'il s'agit du simulateur du parc d'attractions version 2014. Il manque les sièges qui bougent mais on a l'impression d'y être. Après, comme dans tout attraction, le scénario est inutile, les dialogues sont vains, et... toute l'histoire est vaine de toute façon. Alors on regarde, on est surpris du sentiment d'urgence qui nous habite tout au long des deux heures de film alors que nous savons très bien que l’héroïne passe vraiment la pire journée de sa vie. Grâce au grand écran et à la 3D, l'immersion est bien présente.
Et puis l'écran s'éteint, on se lève, on regarde les horaires de métro et on se dépêche.

Gravity

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Erik 17/03/2014 19:37

Meurice, quand tes commentaires sont plus longs et mieux écrits que la critique, c'est que tu ferais mieux d'écrire TES PROPRES CRITIQUES

MOrice 07/03/2014 09:32

IL s'agit là du premier film en 3d de ma vie. Visionné au rex un après midi de pluie froide décembresque, je vous passe l'état de désuétude dans lequel se trouve l'établissement, loin du rayonnement dont je me souviens dans les années 90 (jurassic park, tout ça...)...

La caisse, un ticket siouplé, vous avez les lunettes, non, ça fait 8 euros en plus par personne.

Nous descendons dans l'antre des yeux qui piquent et des têtes qui tournent, mais nous ne le savions pas encore.

Pop-corn, coca,siouplé, ça fera 8 euros en plus par personne (bis)

On s'installe, la pub, le film, la première scène, ça tourne, ça tourne, ça tourne, ouha t'as vu évite le débris qui t'arrive en pleine face.
C'est à ce moment précis, que j'ai lâché. Je ne suis certes pas un intellectuel, mais la vide du scénar n'a d'égal que l'endroit dans lequel il aurait du être tourné. Ce qui me sidère (…) le plus, c'est que moi, spectateur, je n'ai d’intérêt pour une œuvre dès lors qu'elle me fait rire, me fait peur, me fait ressentir un quelconque sentiment, et là, rien.
Gravity n'a été pour moi qu'une démonstration de technologie vide de toute poésie, de musique, de chaleur, rien, aucun sentiment, je suis sorti de là en ayant le goût amer d'une barre de métal que j'aurai lécher par grand froid. La langue collée à l'écran comme nos pairs devant la tour Eiffel en son temps, mais après avoir tourné le dos et regardé mes horaires de métro... plus rien