Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Singes Volants

Red Dead Redemption

30 Avril 2013 , Rédigé par Erik Publié dans #Jeux Videos

Et dire que je pensais le Far West mort et enterré artistiquement... Depuis plusieurs décennies que le cinéma n'arrivait plus à faire revivre cette poule aux oeufs d'or des années 60. Quant au jeu vidéo, jamais il ne le mit franchement en lumière, sans pour autant ne pas s'y essayer parfois avec talent : Outlaws, Juarez essayaient de lui faire honneur, tandis que d'autres titres s'en inspiraient grandement : Oodworld-Stranger's Wrath, Redneck Rampage même.
Mais d'aucun n'avait reussi à tirer la substantifique moelle de ce genre, qui va pourtant plus loin que les gadgets du cow-boy fin tireur, ou les gunfights acharnés dans la grand rue. Non, malheureusement pour moi, le Far West c'est également un cow-boy isolé, qui dort à la belle étoile, qui parle peu, qui chevauche beaucoup, et qui regarde le soleil se coucher sur des étendues désertes. Malheureusement, car ce genre m'a souvent ennuyé au cinéma.
Mais Rockstar, s'il reussit à nous imprégner complétement dans cet univer gigantesque, où nous parcourons des miles entiers avant de croiser le moindre village, ne nous le fait pas subir. Certains jeux arrivent à nous rendre spectateur dans des univers combien de fois plus dynamiques. Mais ici, on n'a jamais été autant actif dans un univers qui merite autant la contemplation : la faune est préponderante, un jaguar peut vous tomber dessus à chaque coin de cactus, des troupes de rodeurs peuvent vous tendre des embuscades, vous pouvez tirer sur les vautours, chasser le renard, éviter les meutes de loup, les ours, cueuillir des plantes, dépeucer des vaches, éviter les sangliers, tenter votre chance au lasso avec des chevaux sauvages. Et encore, vous n'êtes pas arrivé en ville, où l'on s'amuse à tricher au poker, ou glaner quelques sous en montant la garde la nuit.
C'est ça Red Dead : c'est une trame scénaristique assez copieuse, c'est des quêtes annexes nombreuses. Mais c'est surtout un univers blindé de petites choses à faire, de petits tracas, de petites frayeurs, qui font que l'on va déjà passer quelques longues soirées à se balader, avant d'enfin cerner les limites du jeu. Et avant de se dire qu'il serait interessant d'avancer dans le scénario.
Bref, je me souviens à avoir passé une soirée complète à tenter d'apater une meute de loups sur une colline, à me planquer dans des fourrés et scrutant les alentours. Une phase d'emergent gameplay aussi inutile qu'immersive, alors que la nuit se succedait au jour. Une immersion à laquelle je n'avai pas regoûté depuis longtemps, peut être GTA3, ou Batman, et à laquelle je n'ai regouté depuis.

Red Dead Redemption

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article